Retour

Les dessinateurs de l’Atelier Chigot (1919-1960)

L'Emaillerie sortie de l'atelier Francis Chigot
F. Chigot, à gauche, et M. Serre, à droite, de L’émaillerie (1908), vitrail qui marqua le début des activités de l’atelier Chigot.
 En haut fumant une cigarette, Larié, peintre.

A la base de tous les projets d’art du vitrail, une collaboration essentielle entre dessinateur et maître verrier.

Dès ses débuts, F. Chigot mettra en vitrail les paysages de Léon Jouhaud (1874-1950), médecin à Limoges, qui a consacré toute sa vie à la création d’émaux, où l’on retrouve sur plaques de cuivre les rivières et plateaux couverts de bruyères des horizons limousins. Cet émailleur a fourni aussi les dessins pour plusieurs églises comme Saint-Vaast à La chapelle d’Armentières et l’2glise ND de Lourdes-Jeanne d’Arc de Vichy.

Pierre Parot (1894-1979), entré à l’atelier de Francis Chigot comme dessinateur en 1912 sur la recommandation de Charles Bichet, y reste près de 30 ans et continue à y travailler pendant et après la guerre 1939-1945 tout en étant professeur de dessin à l’Ecole Nationale Professionnelle (ENP) de Limoges (devenue le Lycée Turgot). Collaborateur de premier ordre, il a dessiné une très grande partie des vitraux réalisés par Francis Chigot et son atelier. Lorsque le maître verrier s’absentait pour visiter les chantiers, étudier les nouvelles commandes, Pierre Parot prenait tout naturellement la direction de l’atelier. On lui doit par exemple les baies de la gare des Bénédictins, plafonds et baies d’hôtels et de casinos de stations thermales, les fenêtres de la Chambre de Commerce de Limoges, les médaillons de la vie de la Vierge Marie à Saint-Aspais de Fontainebleau, ou après 1945 la plupart des maquettes de Conques (vitraux aujourd’hui déposés), du Sacré-Coeur de Limoges ou d’Oradour sur Glane…

Camille Bonnet entré comme apprenti dessinateur vers 1925, aux côtés de Pierre Parot. Il travailla longtemps à l’Atelier et participa pleinement au chantier de Conques, jusqu’en 1951.

D’autres dessinateurs furent attachés à l’atelier comme Rivet, Carlus, Bonnaud… partageant leur savoir-faire avec les peintres sur verre et dessinateurs des cartons comme A. Larié et son successeur Francis Huguet, appelé « le Maître » après 1960 par les jeunes ouvriers de l’Atelier du Vitrail.

Pour diversifier l’inspiration de l’atelier et répondre à la diversité des goûts de nombreux clients, Francis Chigot, dès les débuts de son entreprise, fit appel à d’autres dessinateurs extérieurs à la région limousine. Weingand fut le grand spécialiste des vitraux de chapelles funéraires et de médaillons de portraits de saints, placés dans des grisailles « made in Limoges ». Les frères Barberis, décorateurs originaires de Moulins (03) confièrent à F. Chigot les premiers plafonds vitrés avant 1914, puis d’autres projets jusqu’à la Seconde guerre mondiale.

Dès 1926, lorsque débutent tous les chantiers des églises dévastées du Nord de la France, F. Chigot travaille avec G.L. Claude (1879-1963). Cet artiste peintre-décorateur de Levallois Perret a travaillé à Laeken (Belgique), puis Héliopolis (Egypte) avant 1914. Ce n’est qu’après la guerre qu’il exécute ses premiers cartons de vitraux pour Notre-Dame de Montréal, plusieurs églises du Nord (Wez – Macquart, Souchez…), à Bourganeuf ou Magnac-Touvre. Leur collaboration dura jusqu’en 1948.

Et puis l’on trouve ensuite les noms  de A.L. Pierre, G. Lebacq, Couturat, T.G. Hanssen (Algérie, Canada et USA), Ch. Plessard (Visitation d’Annecy, Notre Dame d’Arliquet (87), Norristown Pennsylvanie-USA…), Marthe Flandrin (Lessay) et G. Devêche

Avec les dessinateurs et les peintres sur verre, il ne faut pas oublier les coupeurs, monteurs, poseurs indispensables à la réalisation de toutes les verrières : Marcellin Serre et ses fils Jean et Germain, les frères Boyer, François Bosredon, Baptiste Bussière, André Dessart et ses deux fils Pierre et Jean, Daniel Deconchat, Claude Monnerie et tant d’autres dont les noms apparaissent au fil des documents d’archives.

Tous ont permis à Francis Chigot de faire rayonner l’atelier Limousin au-delà des frontières nationales et de continuer son œuvre après son décès en 1960, en créant une coopérative ouvrière sous la direction de Mr Vernejoux : l’Atelier du Vitrail.

1 Comment

  • […] mais les archives de F.Chigot témoignent de la commande dont le dessin final fut exécuté par Pierre Parot de l’atelier du Vitrail. Il semble que le commanditaire ayant exécuté une première esquisse […]

Vous connaissez ? vous aimez ? commentez !

Francis Chigot © 2020-2022 Tous droits réservés – Mentions LégalesPolitique de Confidentialité ArabicChinese (Simplified)EnglishFrench

Association loi 1901 reconnue d’intérêt général en date du 15 novembre 2021 – SIRET 844 690 644 00019